Atelier Djumbés

Ce qu'est un atelier djumbé

Le tambour Djumbé (djembé) est généralement créé à partir d'un arbre qui fournit la vasque de bois recouverte d'une peau de chèvre rasée et tendue par un entrelacs de cordes (qu'il faut accorder).

Instrument lié aux traditions ancestrales, il est souvent décoré de sculptures figuratives ou géométriques. La première approche est sensuelle : l'oeil pour la decouverte, le toucher pour le premier contact avec la peau et le bois, l'odorat pour le mélange du bois et de la peau et enfin le son.

Dès la première séance on entre dans un dialogue "fort/faible" : un temps pour chaque son... un son pour chaque frappe qu'il va falloir reconnaître et dissocier. Dualité entre faire et réussir, entre entendre et se faire entendre.

Energie, concentration, attention à l'autre, au moins à celui qui dit le temps, qui ordonne, qui dirige pour que chacun dans son originalité devienne la composante d'une entité car le djumbé n'est pas un instrument solo. Temps comptés, pulsation contrôlée qui amène le déferlement rythmique d'où est exclue toute anarchie. Au fur et à mesure des séances, le djumbé de chacun devient l'instrument de tous dans la complicité d'un langage original et communicable.

Cet apprentissage ne pourra être dissocié de l'histoire de l'instrument et de son entretien (tendre une peau, poser et tirer les cordages...).